English

La culture biologique

 

Culture biologique ! Pourquoi ne pas dire culture naturelle ? On ne peut faire des grands vins qu’avec la nature et non contre elle.

Tout vigneron doit intégrer cet élément dans sa réflexion. Voilà pourquoi, après 25 ans d’observation, de constat parfois amer, les valeurs de productivité n’ont plus leur place dans l’équilibre naturel du DOMAINE des CARABINIERS.

Constat amer : la mort de cet arbre où les générations passées se tenaient à l’ombre, cette haie décimée, cette banquette emportée par l’érosion pour n’avoir plus de couvert végétatif.

La pollution bien triste réponse ! N’est-elle pas celle des hommes par l’emploi de désherbants, d’insecticides, d’engrais chimique, autant de molécules de synthèses nouvelles, annoncées comme respectant l’environnement, et perdant leur homologation quelques années plus tard car représentant un danger.

Bilan : les sols de certains vignobles ont une activité microbienne aussi pauvre que celle des sables du désert, le terroir ne s’exprime plus, les vins s’appauvrissent pour ne conserver que leurs origines génétiques du cépage.

Fort de ces éléments, le vignoble du DOMAINE des CARABINIERS s’inscrit au plus proche des rythmes ancestraux :

-         L’automne prépare le cycle de repos végétatif de la vigne. Les amendements de marc de raisins compostés annuellement sont épandus au sol.

Un labour profond vient enterrer cette matière et former un manteau de protection au pied des ceps.

-         Une taille vigoureuse va sélectionner les bois porteurs. Les vieux ceps sans vie sont supprimés, éliminés par brûlage pour éviter la prophylaxie des maladies du bois.

-         Au printemps dès le débourrement, les premiers labours de la saison interviennent pour être répétés autant que nécessaire pour contrôler les herbes concurrentes de la vigne. Des binages manuels sont obligatoires autour des ceps.

-         Les premières poussent sont le point de départ de l’ébourgeonnage manuel. La sélection en vert des plus beaux rameaux, prépare la qualité future du raisin. Le cycle de protection de la vigne s’engage pour lutter contre les champignons Mildiou et Oïdium. Une observation quasi journalière du végétal, une surveillance des conditions météorologiques, une interprétation des facteurs climatiques, réduisent le nombre de pulvérisation ou de poudrage, avec du cuivre ou du souffre. La systématisation n’est plus de rigueur.

-         La véraison est la période propice à évaluer la future récolte. Les vignes portant trop de fruits seront dépouillés de leur excès par une coupe manuelle appelée « vendange en vert ». Les chaleurs estivales et la sècheresse méditerranéenne sont gages de maturité, de concentration en anthocyanes et tanins, richesse naturelles produits par le fruit.

-         « Enfin les vendanges » Que de réjouissances ! d’espoir ! de volonté d’élaborer au mieux ce jus gorgé, de terroir, de cépages, de couleurs et de senteurs.

 

Cave - Domaine des CarabiniersLa cave du DOMAINE des CARABINIERS s’anime, brille de netteté, respire le propre pour laisser naître, dans le respect les levures naturelles dites indigènes. Un sulfitage des moûts à discrétion, libère les fermentations pour leurs progressions caloriques. La régularisation des températures fixent à 30° les Lirac, 28° les Côtes du Rhône et 20° les Tavel.

 

Des méthodes traditionnelles pour une expression la plus naturelle des fruits de la vigne née de terroirs d’exception et de l’amour des hommes qui les travaillent.